jeudi 15 mars 2018

Dialogue(s) : Ronde de mars 2018 avec Noël Talipo



Aujourd'hui, la ronde, s’enroule et se déroule sur le thème « Dialogues(s) ».
Le principe, aussi simple que la danse enfantine : le premier écrit chez le deuxième, qui écrit chez le troisième, et ainsi de suite.
Ce mois-ci, j'ai le plaisir de recevoir Noël Talipo, qui est l’auteur du blog : « Le Talipo ».
Quant à Jean-Pierre Boureux, il accueille mon texte sur le sien : « Promenades en Ailleurs ».

Merci à tous les deux, à tous ceux qui font la ronde et à leurs lecteurs.

--------------------



l'art de la paix

grande
feutrée
rassurante
pleine d'hommes
vêtus d'habits noirs
sous sa tiède lumière
la salle de conférences
aligne sur de longues tables
derrière leurs micros lumineux
les délégués au dialogue social

Au détour des ruelles grises
Mille zigzags mille crochets
À travers les chevaux de frise
Et les soldats enharnachés

on entend derrière les barbelés
l'ordre
de trottoir en bouche de métro
du jour
courir la rumeur d'une vie
est copieux
qui s'échine l'heure fuit
savant dosage
Queue dans la guérite de brique
et le marteau piqueur
qui ne heurte pas
Portique prêt à détecter
bat un break rageur
les sensibilités
Reconnaissance biométrique
couvrant paroles
de tous les représentants
Palpation de sécurité
afflictions
dans un souci de réalisme
joies et
à la recherche d'un consensus
rêves
sur une thématique transversale

sobres
affables
méthodiques
les décideurs
osent accepter
cette mesure phare
les prix n'arrêtent pas de s'alourdir
répondant à l'injustice
les malades ne se soignent plus
un guide de bonnes pratiques
première faute on est viré
ils s'attristent que les syndicats
le mépris brise la femme
s'enferment dans un dogmatisme creux
on ferme le vieillard
l'étranger se cache
une tristesse
obstinée
partout
marche

Tartelettes et jus de fruits
Le wifi passe sans problème
La moquette absorbe les bruits
Tableau de ce peintre qu'on aime

Georges de La Tour - The Fortune Teller – © Google Art Project
















lorsqu'ensemble ils ont marché dans la rue 
l'enfant dans l’œil éteint de son père

vit cette dévorante honte
de l'homme qu'on a jeté
il retrouve sa chambre
sans le bureau clair
sans les jouets
il s'assied
frissonne
seul
--------------------

En ce 15 mars de l’an de grâce 2018, entrent dans la ronde des « Dialogue(s)... »

Jean-Pierre chez
Jacques chez...
Elise chez
Dominique A. chez
Marie-Christine chez
Giovanni chez
Dominique H. chez
Céline chez
Franck chez





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire